Témoignage de Raymonde

 

**LE REJET**

 

Raymonde

(Nouvelle Naissance de la Martinique)

 

 

Depuis ma conversion, j’ai parcouru un long chemin et je considère que celui qui veut suivre le Christ passe par des voies qui font souffrir :

 

Rejet, trahison, mépris, abandon.

 

Ces mots font partie du décor qui a entouré le Seigneur Jésus-Christ et qui l’ont conduit à Golgotha.

Ayant été abandonné sur la croix par son Père, Jésus-Christ en a souffert.

Ainsi toute personne privée d’amour est sensible au rejet et à la blessure qu’il entraîne.

Certains l’ont éprouvée dans leur propre famille, d’autres au travail ou alors sont victimes de discriminations.

 

 

 

 

En ce qui me concerne, c’est une séparation conjugale qui fut la cause de ce rejet ressenti après le départ de mon époux, je me suis retrouvée face à cette situation qui me dépassait, ayant beaucoup de mal à surmonter cette grande souffrance.

Dans ma détresse, je n’ai pas eu d’autre solution que de me tourner vers le médecin de l’âme et de ma jeter à ses pieds :

Jésus-Christ de Nazareth est ce médecin et le remède.

 

Pendant toute cette période j’étais rongée intérieurement par la souffrance et malgré tout ce mal être, je n’ai consulté ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre alors que j’étais très affectée sur le plan émotionnel, sentimental et physique.

 

 

 

Le traitement médical suivi fut une cure de prière dans une petite cellule fonctionnant de 5 heures 30 à 7 heures 30 chaque matin et ceci avant de ma rendre au travail.

Et, une fois, là, je repassais dans mon esprit des phrases de louange, des versets bibliques entendus ou connus ce qui me permettait de me déconnecter de cette souffrance injuste selon moi.

Et ayant toujours sur moi un petit exemplaire du Nouveau Testament, dans mon travail lors de la coupure, je lisais un peu la Parole de Dieu.

De retour à la maison, je prenais ma Bible et pendant deux heures au moins j’en lisais plusieurs chapitres.

Pendant les rencontres du soir au temple, je répandais mon âme devant Dieu, plaidant ma cause et à la maison je ne cessais de lui demander son assistance dans mon sommeil.

Cela a duré, des jours et des mois…….

 

 

J’ai été beaucoup aidée par les prières des bien-aimés de mon assemblée car eux ne m’ont jamais rejetée.

Au contraire dans cette épreuve, je me suis sentie épaulée, soutenue.

Grâce à cette démarche spirituelle, petit à petit j’ai retrouvé mon équilibre.

J’ai pu relever la tête et triompher de cette épreuve.

J’ai maintenant la paix intérieure : les grosses douleurs et les perturbations ont disparu.

Merci Seigneur Jésus.

 

Pour conclure, je dois ajouter que le rejet est une porte ouverte aux mauvais esprits puisque l’on devient vulnérable à cause des blessures profondes.

Et de plus,  plus on aime celui qui nous rejette, plus la souffrance est grande.

Je conseil à tous ceux qui passent par cette épreuve d’éviter les pièges de la chair :

Hébreux 12 V 25 :

« Gardez-vous de refuser d’entendre celui qui parle ; car si ceux–là n’ont pas échappé qui refusèrent d’entendre celui qui publiait les oracles sur la terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux »

Car en réagissant charnellement nous pouvons perdre notre communion avec notre Dieu.

Laissons donc ce combat à notre Dieu, il connaît ce chemin et sait comment faire pour nous aider à nous en sortir.

 

 

 

Veillons à ce qu’aucune racine d’amertume produisant ses rejetons, ne nous empêche de pardonner à tous ceux qui nous ont rejetés.

Demandons à notre Dieu de remplir cet espace libéré de telle sorte que nous puissions devenir un instrument d’amour et de paix pour les autres.

 

A méditer toute l’histoire de Joseph dans :

Genèse 37 V 1 à 36 

Genèse 39 V 1 à 23

Genèse 40 V 1 à 23

Genèse 41 V 1 à 57

Genèse 42 V 1 à 38

Genèse 43 V 1 à 34

Genèse 44 V 1 à 34

Genèse 45 V 1 à 28

Genèse 46 V 1 à 34

Genèse 47 V 1 à 31

 

Raymonde

Retour au "Témoignages Textes" 

Retour à l'accueil

 

Qui sommes-nous ? l Nous croyons l Faq l Contact l

© Eglise " Nouvelle Naissance " de la Martinique- Tous droits réservés